Attention : pourquoi les journalistes sont dans le viseur de la caf ?

admin
2 février 2024
68 Points de vue
Les journalistes visés : tension accrue avec la CAF

La gouvernance de la Confédération Africaine de Football (CAF) a sévi dans le sillage des événements récents survenues dans la sphère médiatique du football africain. En effet, des mesures disciplinaires strictes ont été annoncées à l’encontre des journalistes dont le comportement serait jugé non conforme aux attentes et normes professionnelles durant la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2023. Ces directives ont été rendues publiques suite à des incidents qui ont émaillé la rencontre entre le Sénégal et la Côte d’Ivoire.

Distinction entre passion et professionnalisme : les médias mis en alerte

Le récent tumulte survenu lors des huitièmes de finale de la CAN entre l’équipe sénégalaise et ivoirienne a mis les projecteurs sur l’importance du maintien des normes professionnelles par les représentants des médias. Nous comprenons, en notre qualité d’observateurs privilégiés des sports depuis plus de dix ans, cette passion qui anime chacun envers son équipe nationale. Cependant, il est impératif de délimiter la frontière entre l’engouement sportif et les exigences professionnelles lors de la couverture d’événements d’envergure.

La CAF a fermement rappelé ce devoir, soulignant sans ambiguïté que la conduite des journalistes devait rester irréprochable, soulignant quels comportements seraient dorénavant sanctionnés. Tout débordement, qu’il s’agisse de célébrations démesurées ou de conflits physiques, pourrait entrainer des conséquences sévères telles que l’expulsion immédiate par la sécurité et le retrait des accréditations. À la lumière de ces événements, nous voyons que les règles du jeu ont clairement été redéfinies pour assurer une expérience médiatique exempte de tout dérapage.

Un cadre réglementaire remanié en réaction aux écarts

Post-émeutes du match Sénégal-Côte d’Ivoire, un cadre réglementaire plus strict a émergé. Dans un élan de responsabilisation, la CAF a prononcé des interdictions spécifiques, visant à prévenir toute forme d’indiscipline future. Parmi elles, on note l’interdiction de l’usage de drones aux abords du stade, la capture d’images au sein de l’enceinte sportive réservée uniquement aux zones dédiées aux médias et la salle de presse, mais aussi la transmission en direct depuis la zone mixte, toutes susceptibles de mener à un retrait d’accréditation pour les médias contrevenants.

Ce renforcement de la réglementation fait échos aux incidents qui ont marqué les esprits durant le match contre la Côte d’Ivoire, un des chocs des 8es à ne pas rater. Nous, en tant que passionnés de paris sportifs, sommes conscients que l’intensité des émotions sur le terrain et en tribune peut parfois prendre le dessus, mais ces décisions réaffirment la nécessité de maintenir la discipline et le respect mutuel dans cette arène sportive.

Les modalités de couverture médiatique sous surveillance accrue

Les ajustements réglementaires apportés par la CAF ne se limitent pas uniquement aux comportements individuels; ils englobent également les modalités techniques de la couverture médiatique. La captation des images et la diffusion, qui font le quotidien des journaliste sportifs, sont dorénavant encadrées de manière plus stricte. Notamment, le retrait d’accréditation est devenu une réponse systémique à l’enregistrement non autorisé au sein de la tribune des médias ou tout comportement jugé insultant envers les acteurs du football et leurs pairs.

Ce tour de vis intervient dans un contexte déjà tendu où les performances des équipes nationales sont scrutées avec attention, comme le témoigne l’écrasante victoire de l’Afrique du Sud contre la Namibie. Dans notre rôle de chroniqueurs, nous rappelons quotidiennement que la pression peut être énorme, mais la déontologie doit rester de mise pour transmettre avec impartialité et rigueur les faits sportifs à nos lecteurs et spectateurs.

Maintien de la qualité journalistique et impact sur les couvertures futures

Au final de ces développements, la CAF s’engage fermement sur la voie du maintien des standards de qualité journalistique, impactant potentiellement les modalités de couverture des événements sportifs africains à venir. Une démarche qui souligne l’importance pour les médias, en particulier pour les professionnels aguerris comme nous, de s’adapter continuellement aux nouvelles directives.

L’impact de ces régulations peut être double : elles instaurent des limites claires tout en renforçant les fondamentaux de notre profession. Que ce soit en suivant le parcours des équipes en lice pour la CAN 2023, ou en se demandant si votre équipe a sa place en 8e, ces lignes directrices seront désormais inscrites dans notre façon de travailler et de parier sur les résultats. En définitive, la qualité de l’information sportive et son accessibilité aux passionnés restent notre boussole et guident chacune de nos publications.

Auteur admin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *