Can 2023 : les primes des joueurs guinéens provoquent le chaos !

admin
31 janvier 2024
64 Points de vue
https://www.afrik-foot.com/can-2023-guinee-primes-entrainement

Aux portes d’un huitième de finale capital pour la Coupe d’Afrique des Nations 2023 , le Syli National de Guinée a marqué les esprits, non pas par ses entraînements intensifs, mais par une démonstration de force en dehors du terrain. À seulement trois jours de leur confrontation avec la Guinée Équatoriale, les poulains de Kaba Diawara ont brillé par leur absence lors de la séance prévue ce jeudi, soulevant une vague de questions et de controverses.

L’enjeu financier, une ombre sur la préparation

Rarement le sport n’a été aussi intimement lié aux réalités économiques que dans les compétitions internationales où le patriotisme le dispute aux primes de match. Le non-respect des engagements financiers est souvent un catalyseur de tensions et c’est précisément cela qui a poussé les joueurs guinéens à bouder l’entraînement. En cause, des primes de qualification pour les huitièmes non encore honorées, promettant 10 000 dollars à chaque acteur de la sélection. Information relayée par un journaliste connu sous le pseudonyme X Med Sesay, cette manœuvre a porté ses fruits et a poussé le ministère guinéen des Sports à se plier aux exigences des joueurs.

Toutefois, loin de s’apaiser, le climat s’est électrisé quand les joueurs, faisant monter la pression, ont revu leurs demandes à la hausse, exigeant non pas 10 000 mais 30 000 dollars. Ce geste a provoqué de nombreuses réactions, mais aussi des promesses de résolution rapide de la part du ministre des Sports guinéen, Lansana Béa Diallo. Nous, observateurs aguerris du monde sportif et passionnés des enjeux que cela représente, ne pouvons que constater l’impact démesuré de l’argent sur le cœur même de l’esprit sportif.

La performance sur le terrain mise en équation

Le contexte de cette préparation tronquée est d’autant plus crucial que le Syli National doit relever un défi de taille face à une équipe invaincue sur ses 13 derniers matches. La Guinée Équatoriale, menée par son remarquable buteur Emilio Nsue, meilleur buteur avec 5 buts en 3 rencontres, sera un adversaire redoutable. Pour mémoire, l’attaquant a même réalisé un triplé face à la Guinée-Bissau, devenant le premier joueur depuis le Marocain Soufiane Alloudi en 2008 à réaliser un coup du chapeau à la CAN.

Face à cette adversité, le Syli National et le milieu de terrain de renom Naby Keita devront être impérieux pour venir à bout du Nzalang Nacional. En tant que pronostiqueurs, nous savons que la dynamique et la cohésion d’une équipe se forment souvent loin des projecteurs, à l’abri des regards, sur le gazon de l’entraînement. Cependant, cet épisode souligne s’il en est besoin que le moral et l’unité du groupe guinéen seront des variables tout aussi déterminantes que la tactique ou les prouesses individuelles dans l’issue de ce huitième de finale contre la Guinée Équatoriale.

Résilience et espoir dans l’adversité

Malgré ces soubresauts, l’histoire nous a souvent montré que les plus belles épopées sportives sont celles écrites face à l’adversité. Nous sommes intimement convaincus que le Syli National, sous la direction avisée de Kaba Diawara, a la capacité à transformer ces turbulences en une force galvanisante. Cette situation épineuse pourrait s’avérer être le ferment d’un esprit de corps qui les propulserait vers le succès tant escompté, après deux éliminations consécutives à ce stade de la compétition.

Néanmoins, la rigueur des entraînements et la discipline tactique ne devront pas être négligées pour espérer franchir l’obstacle équato-guinéen. C’est dans cette optique que la reprise de l’entraînement, suite à une résolution espérée des questions financières, sera déterminante. La cohésion de l’effectif, la qualité de la préparation et la force mentale seront autant de facteurs clés que les supporters guinéens espèrent voir matérialisés sur la pelouse lors du jour J.

Avec les promesses du ministère des Sports de régler ces primes litigieuses dans la nuit de jeudi à vendredi, nous pouvons envisager que la sérénité retrouvera sa place au sein du camp guinéen. Et si les enjeux financiers ont occupé le devant de la scène médiatique, nul doute que l’appel du ballon rond et l’envie de triompher sur la scène africaine sauront réorienter les objectifs vers ce qui se joue à l’intérieur des lignes blanches.

Auteur admin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *