Choc à Algérie : Enquête Explosive lancée sur le Transfert de Riyad Mahrez

Expert Sport
11 juillet 2024
31 Vues

Le HAC part en guerre à cause du transfert de
l’international algérien Riyad Mahrez à l’été 2018 vers Manchester City.

Six ans après son transfert depuis Le Havre vers Man City,
Mahrez, pensionnaire d’Al-Ahli en Arabie saoudite depuis juillet
2023, voit son nom cité dans une improbable enquête. Une
“information judiciaire a été ouverte”, a confirmé le
parquet du Havre à L’Equipe qui révèle les coulisses de
cette affaire.

Été 2014, lorsque le futur capitaine emblématique de l’équipe
d’Algérie (94 sélections, 31 buts) traverse la Manche pour
rejoindre Leicester, le HAC négocie un pourcentage à la revente de
l’ordre de 15%. Quatre ans plus tard, en juillet 2018, le gaucher
champion d’Angleterre en 2016 signe à Manchester City pour la
coquette somme de 67,8 millions d’euros. Le HAC doit donc toucher
plus de 10 M€. Mais dès août, Guy Tolmarsh, agent de joueurs et
patron d'USMI Limited, réclame une commission d’un peu plus d'un
million d’euros.

Tolmarsh n’a jamais été l’agent de Mahrez, précise
L’Equipe. Cependant, l’homme d’affaires britannique a
produit en justice une convention censée avoir été signée par
l'ex-président du HAC, Jean-Pierre Louvel, en janvier 2014, et
selon laquelle il touchera 10% de la part revenant au club en cas
de future vente de l'Algérien. D’où le million d’euros revendiqué
au club normand.

Tolmarsh a fourni des échanges avec Louvel, qui justifient cette
rétribution. Ces écrits indiquent que l’ancien dirigeant aurait
décidé de le payer pour avoir “optimisé l'indemnité ainsi que
l'ensemble des bonus et obtenu l'intéressement de 15 % sur une
revente éventuelle du joueur”
(sic).

Escroquerie, faux et usage de faux,
dénonce le HAC

Le HAC de son côté ne reconnait pas cette convention. Le 15e du
dernier exercice de Ligue 1 assure que cette dernière n’a pas été
versée au dossier de Mahrez et n'a pas été transmise aux autorités
sportives compétentes. En d’autres termes, elle n’aurait aucune
valeur. Dégoûté, l’agent a décidé de saisir le tribunal du
commerce, alors que le HAC a déposé une première plainte pour
escroquerie et usage de faux. L’affaire a été classée sans suite.
Le club s’est alors constitué en partie civile pour déposer une
plainte devant le doyen des juges d’instruction en mars 2023. Ce
qu’a, justement, confirmé le parquet.

Les Bleu et Marine ont obtenu un sursis à statuer auprès du
tribunal de commerce, le temps que l'enquête pénale se termine, ce
qui peut être très long, note L’Equipe. Aux yeux de
Tolmarsh, il s’agit d’une manœuvre dilatoire pour ne pas payer. Et
ce, alors que, souligne-t-il, l'ancien président du HAC a, dans la
procédure devant le tribunal de commerce, “confirmé à la fois
l'authenticité et le contenu”
de la convention de janvier
2014. Au final, l’Anglais a obtenu qu’une audience d'appel en
septembre prochain. Audience lors de laquelle il tentera d'obtenir
la fin du sursis à statuer. Contactées, aucune des parties n'a
souhaité s'exprimer, conclut L’Equipe. Riyad Mahrez, la
poule aux œufs d’or.

FAQ

  • Pourquoi l'agent Guy Tolmarsh réclame-t-il une commission sur le transfert de Riyad Mahrez?

    Guy Tolmarsh réclame une commission d'un peu plus d'un million d'euros basée sur une convention qu'il affirme avoir signée avec l'ex-président du HAC en janvier 2014. Selon cette convention, il toucherait 10% de la part revenant au club en cas de vente future de Mahrez.

  • Quelle est la position du HAC sur cette convention?

    Le HAC ne reconnaît pas cette convention. Ils assurent qu'elle ne figure pas au dossier de Mahrez et qu'elle n'a pas été transmise aux autorités sportives compétentes, ce qui la rendrait sans valeur selon eux.

  • Quel est le statut actuel de l'affaire judiciaire autour de cette réclamation?

    Le HAC a obtenu un sursis à statuer auprès du tribunal de commerce en attendant que l'enquête pénale se termine. Tolmarsh considère cela comme une manœuvre dilatoire pour éviter de payer et a obtenu une audience d'appel en septembre prochain.

Conclusion

L'affaire du transfert de Riyad Mahrez soulève des questions complexes sur les conventions et les réclamations de commissions. Ce que nous avons ici est un désaccord profond qui non seulement met en lumière les coulisses des transferts de joueurs de football mais aussi les zones grises dans les relations entre clubs et agents. À mesure que l'enquête avance, il sera crucial de voir comment la justice se prononcera, et quelles leçons l'industrie du football pourra tirer de cette affaire.



Auteur Expert Sport

Fondateur de Stribet, je suis un passionné et un expert du sport, avec une attention particulière pour le football africain. En dehors de mes activités professionnelles, j'aime partager mes connaissances à travers des articles sur l'actualité du football africain.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *